Notre Commune - Histoire des Deux-Sèvres

   Des trois départements qui ont été formés avec l’ancien Poitou, celui des Deux-Sèvres occupe la région centrale ; confinant à l’est à la Vienne, et à la Vendée à l’ouest, il fait vers le sud-ouest une pointe dans la Saintonge, à laquelle il a emprunté 25 921 hectares de son territoire. 

          Comme le reste du Poitou, ce pays était habité par les Pictones, quand les Romains l’envahirent. Après avoir pris part à la lutte nationale, qui se termina par la chute d’Alésia et la défaite de Vercingétorix, ils se soumirent à César, et firent partie de l’Aquitaine, dont ils suivirent la fortune, tour à tour conquis par les Wisigoths et par les Francs. Au commencement du VIe siècle, saint Agapit et saint Maixent prêchèrent dans le pays la foi nouvelle, et y fondèrent une abbaye. Vers 732, les Sarrasins y parurent, mais pour être bientôt dispersés par Charles-Martel.

           Sous les Carlovingiens, quand le pouvoir des grands vassaux se substitua, dans la France entière, à l’autorité royale, quand les puissants comtes de Poitiers, créés par Charlemagne, eurent affermi leur domination sur les vastes territoires devenus leurs fiefs héréditaires, on vit se reproduire en petit, dans leur province, ce qui s’était passé dans le royaume. Les barons, qu’ils avaient préposés à l’administration des diverses parties de leurs domaines, affectèrent vis-à-vis d’eux la même indépendance que les comtes affectaient eux-mêmes envers le roi de France, et de même que l’État n’était plus que l’assemblage fictif de provinces à peu près indépendantes, le Poitou ne fut plus que la réunion de seigneuries obéissant à des maîtres différents, soumises chacune à des lois et à des usages particuliers et trop souvent en guerre les unes contre les autres.
            C’est alors que prirent naissance ces désignations de Niortais, de Bressuirois, de Mellois, souvenir rajeuni des subdivisions gauloises, qui donnaient à chaque canton ou pagus ses frontières, son administration et sa petite capitale. Ce fractionnement était un obstacle à toute influence sérieuse des populations dans les grandes affaires du pays. Il fallait qu’un danger commun ou qu’un principe nouveau brisât les vieilles barrières, ralliât toutes ces forces disséminées et refit un corps de ces membres épars.

              Ce résultat, que l’ancien ordre de choses ne permettait pas d’espérer de la paix, on l’obtint d’abord de la lutte contre les Anglais, et plus tard, quelque contradictoire que paraisse cette assertion, des guerres civiles et religieuses qui bouleversèrent la province. L’émotion répandue par ces alternatives de succès et de revers finit par pénétrer jusqu’au fond des contrées les plus insouciantes ou les plus étrangères aux grands intérêts qui étaient en jeu ; les sympathies des populations devenant un appoint important dans les opérations de la guerre, on se préoccupa de part et d’autre de se concilier leur intérêt, dont jusque-là on avait fait si bon marché.
C’est ainsi que nous voyons en quelque sorte mis aux enchères le concours de la bourgeoisie des villes, et cette précieuse alliance achetée au prix de chartes communales, de privilèges commerciaux, qui initiaient les habitants à la vie publique. Cette révélation de droits nouveaux, rayonnant des cités dans les campagnes, y éveilla des sentiments de solidarité dans lesquels était en germe le nationalisme français.

              Après une si longue ignorance, et cet isolement séculaire de tous les intérêts généraux, il dut y avoir beaucoup d’hésitation et de grandes incertitudes. Les princes anglais, ducs héréditaires de Guyenne, comtes de Poitou, étaient-ils bien des étrangers ? Et le roi de Paris, qui était si loin et qu’on ne voyait jamais, était-il bien le monarque légitime ?
Il fallut de longues années et de rudes épreuves pour que la vérité se dégageât des événements. Les trois siècles qui séparent le règne de Louis le Jeune de celui de Charles VII y suffirent à peine ; mais, au XVe siècle, le résultat était cependant en grande partie obtenu : le Poitou était province française et avait le sentiment de sa nationalité. Un autre progrès s’était encore accompli, le pouvoir s’était centralisé, et le roi, vainqueur de l’étranger, rattachait plus directement à son autorité souveraine les provinces dont il était le libérateur. Les habitants du territoire des Deux-Sèvres commencent donc à sortir de la passivité où le régime féodal les avait tenus jusqu’alors, et entrent dans la sphère d’action au milieu de laquelle s’agitent les siècles suivants.
              
               Pendant la période anglaise, quoique le pays fût souvent le théâtre de la lutte et se trouvât presque toujours atteint par ses résultats, les habitants n’eurent encore qu’un rôle relativement passif, et furent, pour ainsi dire, moins acteurs que spectateurs ; c’est seulement dans la période suivante que leur initiative commence à se dessiner. Il semble que la population tout entière prît à coeur de se venger de la longue insignifiance de son passé par l’ardeur avec laquelle elle se jeta dans le grand drame religieux du XVIe siècle. Il n’y eut pas une ville, pas une bourgade qui ne se mêlât alors aux révoltes des protestants, comme plus tard aux agitations de la Ligue.
Ce fut à Châtillon, en 1568, que les chefs du parti réformé se rassemblèrent pour la première fois après s’être assurés des places voisines, telles que Thouars, Parthenay, Oyron, etc. Dandelot, frère de l’amiral Coligny, fit capituler Niort et passa au fil de l’épée la garnison de la tour Magné. Saint-Maixent se rendit à lui dans le même temps. Les armées des ducs de Montpensier et d’Anjou se rencontrèrent près de Pamproux, où la campagne se termina par une escarmouche. Les chefs protestants et la reine de Navarre passèrent l’hiver à Niort, où ils s’occupèrent à réunir des forces, à pourvoir aux finances de leur parti par la vente des biens ecclésiastiques, et à se ménager les secours de l’Angleterre.
Après la journée de Moncontour, si fatale aux protestants, les villes de Châtillon, de Thouars et d’Oyron furent évacuées ; l’amiral Coligny recueillit les débris de l’armée à Niort, et, après y avoir laissé garnison, se retira à La Rochelle. Niort capitula à l’arrivée du duc d’Anjou, et tout le Poitou se soumit.
Une tranquillité, du moins apparente, régna jusqu’en 1588. A cette époque, les protestants, menacés dans La Rochelle, se remirent en campagne. D’Aubigné s’empara de Niort et de Saint-Maixent. Thouars et les places environnantes se rendirent aux protestants un an après. L’avènement de Henri IV au trône ramena la paix.
La guerre ne recommença qu’en 1621, sous Louis XIII, lorsque le projet d’établir une république protestante surgit dans le conseil des chefs protestants. La Bretagne et le Poitou devaient être un des huit cercles de cette république. L’énergie déployée en cette circonstance par le cardinal de Richelieu et la présence du roi en Poitou déterminèrent la soumission de Niort et de Saint-Maixent ; la prise de La Rochelle, en 1628, mit le sceau à la paix définitive.

                 Cent cinquante ans de paix succédèrent a ces longues agitations ; mais le souvenir des rivalités locales, le réveil des haines mal éteintes donnèrent, en 1792, à l’explosion contre-révolutionnaire un caractère particulier d’obstination. Quatre-vingt-sept communes du département se soulevèrent et prirent une part active à la lutte.
Les arrondissements de Bressuire et de Parthenay fournirent aux rebelles leurs principaux chefs, La Rochejacquelein entre autres. Pendant que Niort devenait le quartier général de l’armée républicaine, Châtillon était le siège du conseil supérieur de l’armée royale. Thouars fut la première ville importante dont les Vendéens s’emparèrent ; Parthenay, Bressuire et un grand nombre de villes de la Gâtine et du Bocage furent tour à tour prises ; reprises, incendiées, démantelées, détruites même pendant cette déplorable guerre civile.
Nulle part ne fut plus manifeste et plus tranchée la ligne qui séparait alors l’opinion des villes de celle des campagnes. Autant la naïve ignorance, le culte du passé, les pieuses traditions de famille firent des uns les aveugles instruments des agents royalistes, autant l’intelligence des autres fut prompte à comprendre le problème posé parla Révolution, autant cette conscience de l’avenir les rattacha étroitement à sa cause.
C’est cette foi également ardente et sincère des deux côtés qui donna à la lutte ses proportions gigantesques ; l’héroïsme des uns n’eut de comparable que le dévouement des autres, et aux fabuleux exploits des intrépides paysans il n’y a à opposer que les glorieuses et stoïques expéditions de ces gardes nationaux des villes, eux aussi soldats improvisés, quittant, eux aussi, leur foyer, leur famille, et sachant aussi mourir pour la cause qu’ils avaient embrassée. Depuis la pacification, nous ne trouvons dans l’histoire du département qu’un seul fait important à noter, c’est la fameuse conspiration de Berton, en 1822.

                 Si la guerre civile a trop longtemps désolé le département des Deux-Sèvres, il n’a pas eu, en compensation, à souffrir de la guerre étrangère. Situé loin de la frontière, il a dû à sa position de n’avoir subi ni les hontes ni les malheurs des invasions. Ce qui ne l’empêcha point de payer largement sa dette à la patrie, en envoyant ses enfants aux armées qui, en 1814 et 1815 d’abord, puis en 1870 et 1871, luttèrent si vaillamment, mais hélas ! si inutilement, pour repousser l’étranger.

                  Quoique, depuis cinquante ans, les moeurs se soient bien modifiées dans la contrée qui nous occupe ; quoique, là comme ailleurs, s’accomplisse chaque jour l’œuvre de progrès et d’assimilation, le département des Deux-Sèvres est encore un de ceux qui a gardé, dans certaines parties, le plus de son ancienne originalité ; nous en emprunterons quelques traits à un de ses plus habiles administrateurs, M. Dupin, qui y fut préfet dès les premières années de l’Empire :
« Le département des Deux-Sèvres, composé de trois parties bien distinctes, savoir : le Bocage, qui comprend tout le nord-ouest, c’est-à-dire la presque totalité des premier et deuxième arrondissements et une partie du troisième ; le Marais, qui occupe une portion sud-ouest du troisième arrondissement, et, enfin, la Plaine, offre les mêmes différences dans la constitution physique et morale de ses habitants.

« ’homme du Bocage a une taille médiocre, mais assez bien prise ; tête grosse et ronde, teint pâle, cheveux noirs, yeux petits, mais expressifs ; son tempérament est bilieux et mélancolique ; son esprit est lent, mais non sans profondeur ; son cœur est généreux, mais irascible ; sa conception peu facile, mais sure. Il a conservé toute la simplicité des mœurs anciennes, quoique la guerre en ait un peu altéré la pureté. Il est bon, hospitalier, juste et d’une fidélité inviolable à ses engagements ; mais taciturne a l’excès, méfiant pour tout ce qui vient de l’autorité, fortement attaché au sol qui l’a vu naître, plus attaché encore à la religion de ses pères, et capable des actions les plus héroïques pour la défense de sa foi.
« Dans tous les temps, on l’a vu prendre part aux guerres religieuses. Son humeur mélancolique et les préjugés superstitieux qui le gouvernent tiennent essentiellement au pays qu’il habite. II vit isolé dans sa chaumière, ne voyant autour de lui aucune autre. habitation. S’il sort pour cultiver son champ, il y est encore seul ; de larges fosses, des haies impénétrables lui interdisent la vue de son semblable. Il n’a d’autre société que celle de ses bœufs, à qui il parle sans cesse, et pour qui même il fait des chansons. S’il veut vendre quelques bestiaux à une foire, la foire est rarement à plus d’une lieue ; souvent même les marchands viennent le trouver dans son enclos. Il n’y a dans ces contrées aucune ville qui répande la civilisation, aucune routé qui y conduise les étrangers, qui favorise la circulation, qui permette aux habitants de se fréquenter, et aux passions humaines de s’adoucir et de s’user par un frottement journalier.

« La Plaine est traversée par plusieurs grandes routes, et ses habitants sont plus civilisés que ceux du Bocage ; ils ont un caractère moins prononcé et plus confiant ; ils aiment le repos, la danse, le vin, sans toutefois en faire excès ; leur taille est plus élevée, leur physionomie plus ouverte, leur carnation plus vive. Ils sont aussi braves, mais moins industrieux et plus processifs ; ce qui provient sans doute de ce que leurs propriétés n’ont pas des limites aussi immuables. Quoique leur esprit, plus flexible, se soit plus facilement détaché des prêtres, il n’est pas moins ouvert à tous les préjugés de l’ignorance. Il existe pourtant, dans la Plaine, une différence assez notable entre les catholiques et les protestants ; ceux-ci sont, en général, plus laborieux et plus instruits.

« L’habitant du Marais est encore plus grand que celui de la Plaine ; il a plus d’embonpoint, ses membres sont plus massifs, mais il manque de santé et d’agilité ; il est grossier, apathique et ne pousse pas loin sa carrière. Une cabane de roseaux, un petit pré, quelques vaches, un bateau qui sert a la pêche, et souvent à voler du fourrage le long de la rivière, un fusil pour tuer les oiseaux d’eau, voila toute sa fortune et tous ses moyens d’industrie. »

Au XIXe siècle, les usages, sauf les cérémonies des noces, qui offrent quelques traits particuliers, n’ont rien de remarquable. Les fêtes et divertissements tiennent aux travaux champêtres et à la croyance religieuse. C’est ainsi que la récolte des châtaignes, dans certaines contrées, et, dans d’autres, la tonte des brebis, le fanage, la moisson sont accompagnés de jeux et de danses ; que le jour de tel saint il faut se régaler de crêpes pour empêcher le blé de se carier, etc.
Pendant l’été, il y a beaucoup de ballades ou fêtes champêtres. C’est là que les hommes boivent et que les jeunes gens dansent au son de la musette, ou plus souvent à la voix d’une vieille femme qui chante gravement un air monotone et sans paroles ; c’est là que se forment les inclinations, que s’arrangent les mariages. Une jeune fille qui paraît à la ballade sans un garçon qui lui tire les doigts est méprisée de ses compagnes. C’est aussi aux ballades qu’on choisit les domestiques : ils y viennent parés d’épis, s’ils se destinent aux travaux de la moisson ; de fleurs, s’ils veulent servir aux travaux du ménage.
Les fêtes de l’été ont donné naissance aux inclinations, les mariages se concluent en automne. Le fiancé, accompagné d’un de ses parents et d’un parent de sa prétendue, va faire les invitations. Il a grand soin de régler l’ordre de ses visites sur les différents degrés de parenté ; c’est une étiquette a laquelle on tient strictement. Il attache dans chaque maison, au lit du maître, un petit bouquet de laurier, orné de rubans, et fait son invitation par un compliment très long, qui est le même pour tous et de temps immémorial. Ces visites sont accompagnées de fréquentes libations.
Le jour des noces est suivi d’un lendemain plus joyeux et plus bruyant encore ; l’épisode le plus caractéristique de la cérémonie est le bouquet symbolique offert a la mariée par les jeunes filles, ses compagnes, accompagnant leur offrande d’une chanson qui n’a pas varié depuis trois cents ans, et qui retrace toutes les peines réservées à la jeune femme dans son ménage. Cette naïve complainte a été citée trop souvent et est aujourd’hui trop connue pour que nous lui donnions place ici. Nous ne dirons rien non plus des naissances et des funérailles, qui ne présentent aucun détail de remarquable originalité.

 

ACTUS >>

Actualités