Vie associative - L.A.C.I.M.

Les Amis d'un Coin de l'Inde et du Monde

Si vous voulez mieux connaître LACIM, adressez-vous à Michelle Thubineau, Monique Mousset ou Thérèse Auger.


Informations générales

  • L.A.C.I.M. veut atteindre les plus pauvres, sans distinction de race ni de religion. Cette association laïque propose aide et amitié à tout groupe qui le demande et en a profondément besoin.
  • Le but est d'aider les pauvres à être autonomes et"à se tenir sur leurs propres jambes"
  • L.A.C.I.M. est basée sur l'amitié et le partage.Le comité local doit promouvoir un esprit de solidarité et de partage.. Afin de développer cette amitié avec le groupe français,le jumelage doit lui écrire régulièrement.
  • L'utilisation des fonds de L.A.C.I.M. par le jumelage doit être décidé par un comité représentatif de la communauté des pauvres.Le responsable local est garant de la bonne utilisation des fonds et doit être en mesure de présenter des comptes clairs et des justificatifs à L.A.C.I.M.
  • Les dons des adhérents sont libres. Un reçu leur est donné chaque année pour la déclaration d'impôts.
  • Nous cherchons de nouveaux adhérents, tout le monde est le bienvenu.

L.A.C.I.M. à Chanteloup

Depuis octobre 2012, notre  jumelage avec PALATHURUTH dans le KERALA, au sud de l’Inde se  poursuit. Grâce aux échanges de courrier, nous pouvons suivre l'évolution de leurs projets et en construire de nouveaux avec eux.

Trois fois par an, notre comité se réunit pour échanger sur les lettres reçues et y répondre. De plus, un représentant de LACIM en Inde nous transmet un rapport de visite du village qui atteste du bon usage des fonds versés.

Fin 2015 et au cours de l'année 2016, les sommes envoyées ont permis :

Ø la fabrication de réservoirs de compost pour la pratique de l'agroécologie,
Ø l'ouverture d'une épicerie (photo),
Ø la préparation de collations pour un magasin de thé,
Ø la confection de masques de santé (photo).

Voici une lettre en date du 9 octobre 2015.

                            Chers amis,

Nous espérons que vos projets se poursuivent normalement. Merci infiniment de votre courriel du 14 septembre. Ici, tout se passe bien par la grâce de Dieu.

Oui, nous avons distribué les micro-crédits et ils sont générateurs de revenus.  Nous avons une école spécialisée pour enfants handicapés physiques et mentaux. Il y a 15 enfants qui la fréquentent. Ils sont accueillis dans une salle attenante à l'église. Cette salle bénéficie d'un emplacement intérieur vieillissant et il n'y a aucune installation adéquate pour les enfants.  Le toit est couvert en tôle et donc, durant la saison chaude, les élèves souffrent de la chaleur intense et cela affecte leur santé. Dans notre village, nous n'avons que cette école spécialisée. Ensuite, la plus proche est située à 30 kms et est gérée par une institution privée. Les frais de scolarité sont très élevés et inabordables pour les pauvres parents. Donc il y a beaucoup d'enfants handicapés qui souhaitent venir dans notre école, mais nous manquons de place et d'installations éducatives. L'admission est limitée à 15.

Oui, nous recherchons une aide financière pour développer les installations éducatives nécessaires pour cette école. Nous vous assurons d'un travail continu de toute l'équipe.

Vous pouvez compter sur nos prières et notre amitié.         Fr. James Cheruvil

Suite à cela, nous avons envoyé un message au représentant Lacim en Inde pour qu'il dise à nos amis de présenter un projet précis avec besoins et devis leur permettant d'évaluer les dépenses .



LACIM apporte son soutien à KSSS (société de service social du district de Kottavam) qui oeuvre à l'autosuffisance de la population grâce à des initiatives de développement participatif. Cet organisme s'appuie sur des groupes d'entraide crées au sein du comité local sans distinction de classe ou de religion et il étudie les situations particulières pour décider de l'aide à apporter.En outre des formations sont proposées aux femmes.
Nous adressons 2 versements annuels au comité de Palathuruth qui étudie les demandes de prêt. Les aides apportées sont des micro-crédits destinés à accroître les revenus familiaux. Les prêts sont remboursés régulièrement. Les sommes remboursées seront redistribuées sous forme de nouveaux micro-crédits.

Voici ci-dessous des exemples d'action réussie.

La dernière lettre du village de  PALATHURUTH par le Père James Cheruvil. 
 

Témoignage de la réussite de Preema avec l'aide de LACIM

Témoignage de la réussite de Suskeela avec l'aide de LACIM
Au mois de mai, le comité de LACIM a organisé une journée  de sensibilisation juridique conduite par un avocat pour les gens du village.
 

Villageois semant du riz      

En février 2013, le président de L.A.C.I.M. et une autre personne sont allés en mission au Kérala. Ils ont visité ce village afin de mieux connaître la population, sa situation économique et les besoins des plus pauvres. Nous reçu un rapport très détaillé et des photos (pendant la rencontre des salles de classe).
En avril, une somme a été attribuée au comité de dévellopement du village. Sept personnes ont bénéficié d'un prêt pour commencer leurs projets.

  • élevage de cailles pour vendre les oeufs
  • culture du riz, du manioc
  • ouverture de 2 commerces : préparation de repas
  • confection de vêtements pour les femmes



Depuis fin 2009, +nous avons aidé le village de GOPALPURA en INDE. En mai 2012, les habitants ont été déplacés par le gouvernement qui les a relogés dans des maisons avec électricité et eau. Chaque famille a un peu de terre et un capital de 5000€ bloqué en banque pendant 5 ans. Mensuellement elle perçoit les intérêts.

Désormais le gouvernement interdit aux ONG d'intervenir

Le 4 octobre 2012, nous avons organisé une exposition-vente d'objets de l'artisanat indien, sud-américain et africain . Ce fut un succès. Merci à toutes les personnes qui sont venues la voir.

Projets réalisés en 2011 
 

  • le forage du puits, 
  • l’achat de médicaments, 
  • de fournitures scolaires,
  • le salaire du professeur et de son assistant,
  • le repas de midi pour 22 enfants,
  • la réparation d’une maison. 

Au cours de cette année, le gouvernement indien a pris des mesures pour faire fonctionner les écoles primaires. Désormais, le village de Gopalpura a son école et un professeur est payé par le Gouvernement. Le repas de midi est aussi fourni aux enfants scolarisés.

Depuis quelques mois, les habitants ne peuvent plus entrer dans la forêt pour pratiquer leurs activités traditionnelles de subsistance (cueillette, récolte de racines comestibles, chasse de petits mammifères, ramassage du bois pour faire la cuisine, etc.). En effet, toute activité est sévèrement réprimée par les gardes forestiers. Le projet d’achat d’un petit camion a été abandonné. Nous sommes très inquiets d’une telle situation !

En novembre, deux personnes de la Commission Inde de LACIM sont allées dans le Karnataka pour rencontrer l’association indienne avec laquelle elle travaille et voir ce qu’il est possible de faire dans les villages pour aider les populations à devenir autonomes, sachant que la situation est complexe et évolutive.

En janvier, nous recevrons le rapport de cette mission et connaîtrons les besoins urgents de nos amis de Gopalpura.
 

 
Comme chaque année, le premier week-end de février, les adhérents de LACIM vendront des fleurs pour subvenir aux frais de fonctionnement de l’association. Ils vous remercient de votre accueil. 

Si vous voulez mieux connaître LACIM, adressez-vous à Michelle Thubineau, Monique Mousset ou Thérèse Auger.

 

ACTUS >>

Actualités